Crowd Lobbying

Nous ne voulons pas de passeport numérique (e-ID) de l’UBS, de Swisscom ou de l’assurance CSS!

239

Le Conseil fédéral envisage un retournement de dimension historique : le passeport Suisse numérique (e-ID) serait dorénavant émis par des entreprises privées. Seul le Conseil des États peut encore empêcher que cette pratique douteuse soit mise en place.

Participez maintenant au Crowd-Lobbying. Convainquez la conseillère ou le conseiller aux Etats de votre canton que vous ne voulez pas aller retirer votre passeport numérique auprès d’un Swisscom Shop ou d’une succursale de l’UBS !

La campagne est soutenue par la Fondation pour la protection des consommateurs suisse, la Fédération romande des consommateurs, la Société Numérique, la plateforme WeCollect et l’association PublicBeta.

En savoir plus

Le Crowd Lobbying est aussi simple que cela :

  1. 1.Wählen Sie Ihren Kanton.
  2. 2.Wählen Sie ein Mitglied des Ständerates.
  3. 3.Entscheiden Sie sich für eine Nachricht.

Wir verschicken die gesammelten Nachricht im richtigen Moment per SMS, E-Mail, Post oder Fax an das von Ihnen gewählte Mitglied des Ständerates.

35
0
23
20
132
26
342
129
1
18
21
22
70
57
68
23
0
24
25
0
44
66
120
26
38
149
28
37
224
743
107
143
38
349
25
0
96
158
137
654
0
43
46
67
43
514
49
28
0
102
0

Status-Lobby

Contre Ex aequo Pour

Qui a quelles intentions de vote ? Le Status-Lobby vous montre à qui vous devriez envoyer un message. Ensemble, nous voulons convaincre les politiciens et politiciennes qui n’ont pas encore d’avis sur le sujet, ou qui ont montré une position contraire à la notre à ce sujet. Les personnes qui se sont prononcés en faveur de notre cause ne recevront plus de messages.

Le passeport suisse numérique (e-ID)

Parce qu'il y a dix ans, le gouvernement fédéral a introduit un passeport électronique (E-ID) a échoué il veut maintenant laisser la tâche à diverses grandes entreprises. Il est encore possible Parlement arrêtez ça.

Pour quoi une identité numérique approuvée par l'État est-elle nécessaire ?

L'identité électronique (E-ID) est le passeport numérique. Les utilisateurs d'une E-ID doit être mentionné dans les offres d'administration en ligne, les achats en ligne et d'autres services en ligne tels que les compagnies d'assurance doivent être clairement identifiables. Il s'agit de prévenir des risques tels que l'usurpation d'identité et les manipulations dans le réseau deviennent impossibles. En particulier pour les processus sensibles comme données sur la santé, dans les votes et les élections sur le net, le projet de loi sur l'e-imposition et dans le La banque en ligne, l'E-ID jouerait un rôle central. En comparaison avec d'autres Les États sont La Suisse a pris du retard en matière d'identité électronique ces dernières années ...

Quelle solution le Conseil fédéral propose-t-il ?

La loi sur les services d'identification électronique prévoit une répartition des rôles entre État et Privé. L'État ne délivre plus l'E-ID lui-même. La solution technique pour la L'E-ID provient de fournisseurs privés, appelés fournisseurs de services d'identité (IdP). Ce devrait être responsable de la diffusion et de l'établissement de l'identité électronique, et Fédération uniquement ni être utilisé comme une autorité de contrôle faible. Le bureau des passeports va donc abolie. À l'adresse suivante : Elle est remplacée par de grandes banques privées, telles que l'UBS, les Les compagnies d'assurance, telles que CSS Assurance, ou des géants proches de l'Etat, comme la Poste. Ces Suisses Les grandes entreprises seraient sous l'égide du conglomérat "SwissSign", désormais en possession des données et Profils de personnalité résultant de l'utilisation de l'E-ID.

Pourquoi cette étape est-elle si dangereuse ?

Qui soutient le lobbying de la foule ?

Nous sommes une large association d'organisations et de réseaux qui s'engagent à ...à utiliser, que le passeport numérique continuera à être délivré par l'État à la population. Le La campagne entre autres, soutenu par la Fondation pour la protection des consommateurs, la société numérique, la la plateforme démocratique WeCollect et l'association PublicBeta.